Archives du mot-clé Barthélémy Schwartz

Un « ami » de Benjamin Péret


Monsieur Duwa n’a pas apprécié mon essai « Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme » que j’ai publié aux éditions Libertalia en 2016. Il a écrit quelques lignes contre ce livre dans la revue Cahier critique de poésie de Marseille pour le dire :

Extrait 1 :
« L’ambition de cet essai ne se résume pas à reprendre l’intrigue surréaliste depuis ses origines dadaïstes en examinant la spécificité réelle des positions défendues par Péret au sujet des religions, de l’automatisme ou de la lutte révolutionnaire. L’essayiste entend aussi distinguer Péret du reste du groupe surréaliste, voire l’opposer à Breton au plan politique.

Monsieur Duwa est le Monsieur Jourdain du surréalisme. Comme le mot d’ordre du surréalisme était « Transformer le monde, a dit Marx. Changer la vie, a dit Rimbaud. Ces deux mots d’ordre pour nous n’en font qu’un », il suppose que tous les membres du groupe surréaliste mettaient cela en pratique dans leur vie quotidienne de la même manière, et que privilégier l’itinéraire de Péret, c’est forcément opposer Péret au « reste du groupe », voire l’opposer à Breton…

Mais peut-être que Monsieur Duwa préférerait qu’on ne distingue pas trop Péret du reste du groupe justement… Pourquoi ? ça pose problème ?

Extrait 2 :
L’activité militante de Péret depuis son premier séjour au Brésil, durant la guerre d’Espagne ou après son exil au Mexique manifesterait la permanence d’un projet de transformation du monde par ailleurs délaissé par le groupe surréaliste. Mais si ce dernier avait vraiment démérité, Péret l’aurait abandonné sans regret. »

Apparemment, Monsieur Duwa n’est pas sûr que l’activité militante de Péret s’inscrivait dans un « projet permanent de transformation du monde » (il l’écrit au conditionnel). Au passage, cette activité révolutionnaire a été chez Péret continue, débutant avant le premier séjour au Brésil et ne cessant qu’à sa disparition (précisons que Péret n’a pas participé à la « guerre d’Espagne » mais à la révolution espagnole. Si Monsieur Duwa ne voit pas quelle est la différence, rappelons ici ce qu’écrivait en 1937 la surréaliste Mary Low qui était, avec son compagnon Juan Bréa, en Espagne  en même temps que Péret : « Il n’y avait plus grand-chose qui nous retenait à Barcelone. Les milices avaient été dissoutes après les débuts de la militarisation. La Généralité était perdue, du moins en ce qui nous concernait. Il restait la guerre à gagner sans doute, mais c’était la révolution qui nous intéressait. » (Red Spanish Notebook, 1937)

« Si le groupe surréaliste avait vraiment démérité, Péret l’aurait abandonné sans regret », écrit Monsieur Duwa. C’est possible, cela ne s’est pas produit. Mais l’affirmer comme un contre-exemple comme Monsieur Duwa le fait ici sans précaution et brutalement, c’est totalement méconnaître ce qui rapprochait Péret et Breton.

* * *

Sur la quarantaine d’articles et notes de lecture publiés sur Benjamin Péret l’astre noir du surréalisme, la note de lecture de Monsieur Duwa est la seule à être négative. C’est son droit. Il est vrai aussi que je consacre l’essentiel du livre à situer l’itinéraire poétique et politique de Péret dans les enjeux utopiques du surréalisme. Utopie, politique, révolution, critique sociale, ce n’est peut-être pas la tasse de thé de Monsieur Duwa.

Pourquoi je m’étend ici sur cette note de lecture et sur Monsieur Duwa en particulier ?

Ce n’est pas parce que Monsieur Duwa n’apporte aucun argument justifiant ses critiques (il faut le croire visiblement sur parole), mais parce qu’il trompe ses lecteurs en omettant de préciser qu’il est partie prenante du sujet et que sa critique est partisane : Monsieur Duwa est en effet un des animateurs de l’Association des Amis de Benjamin Péret et un des animateurs des Cahiers Benjamin Péret publié par cette association… Une information qu’il s’est bien gardé de communiquer aux lecteurs.

Barthélémy Schwartz,
7 décembre 2017

 

Publicités

Du9 : Dorénavant a 30 ans


Capture d’écran 2016-01-19 à 12.45.07Après l’Éprouvette (l’Association) en 2006, le site Du9 consacre un copieux dossier à Dorénavant, une revue avant-gardiste en bande dessinée qui n’a pas fini de faire parler d’elle !

 


Dorenavant-dans-DU9Évènement

Du9,l’autre bande dessinée consacre un dossier à l’aventure Dorénavant en bande dessinée (intégrale des numéros publiés, entretiens avec les auteurs, contributions, etc.

Dorénavant (1986-1989) est une revue d’avant-garde en bande dessinée créée par Balthazar Kaplan & Barthélémy Schwartz, rejoints plus tard par Stéphane Goarnisson, Romuald Hibert et Yves Dymen.

(postface) Daniel Guérin, Front populaire, révolution manquée (éd. Agone, 2013)


Le texte « Juin 36, l’envers du décor » publié en 1999 dans la revue Oiseau-tempête, plusieurs fois repris sur les sites internet, a été repris dans la réédition de Front populaire, révolution manquée aux éditions Agone sous la direction de Charles Jacquier qui en a écrit la préface.

couverture
Daniel Guérin

Front populaire, révolution manquée
Parution : 22/10/2013
ISBN : 9782748901733
504 pages (12 X 21 cm) 25.00 €
  • Nouvelle édition
    Avant-propos de Charles Jacquier
    Préface de Barthélémy Schwartz

«À travers tout le pays, les travailleurs étaient en grève, et ils occupaient les usines. Ils avaient trouvé une nouvelle forme d’action directe : la grève sur le tas. Ils l’avaient choisie eux-mêmes, en dehors et contre la bureaucratie syndicale, parce qu’ils estimaient à juste titre que ce moyen de pression serait plus sensible aux capitalistes que les simples grèves d’antan ” dans le calme et la dignité ”. Au lendemain du 1er mai, passant aux actes, les ouvriers de l’usine Bréguet, au Havre, avaient occupé les ateliers. Latécoère à Toulouse, Bloch à Courbevoie avaient suivi l’exemple. Le mouvement avait pris très vite le caractère d’une vague de fond. Le pays que Blum s’apprêtait à gouverner n’était déjà plus celui qui, quelques semaines plus tôt, avait porté le Front populaire au pouvoir. Le rapport des forces sociales était renversé. Cette grève générale avait surgi spontanément de la conscience ouvrière et elle avait des mobiles élémentaires : la crise économique et les décrets-lois déflationnistes qui avaient durement frappé une partie des salariés. L’unité syndicale enfin scellée, l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement populaire ouvraient aux masses paupérisées la perspective d’un changement radical.»

Accéder à la notice de ce livre sur la page des éditions Agone :
http://agone.org/memoiressociales/frontpopulairerevolutionmanquee/

Turkey Comix # 23 (éd. Hoochie Coochie), février 2015


«  À l’heure où pullulent à nouveau les collectifs dans des ouvrages à la maquette et à la fabrication toujours plus démonstratives, Turkey Comix s’en tient à sa ligne fière et radicale : un objet simple et peu cher engageant de nombreux savoir-faire artisanaux, une équipe d’auteurs conséquente selon une sélection rigoureuse valorisant avant tout les artistes « maison » et la jeune garde internationale peu publiée, pour constituer chaque année un des panels les plus représentatifs et les plus exigeants de la création contemporaine. »
C’est eux qui le disent !
 .
Les auteurs du numéro : Faustine Jacquot, Andréas Kundig, J. & E. LeGlatin, L.L. de Mars, Oolong, Loïc Largier, Barthélémy Schwartz, Franck Pesaro, Yun, Guillaume Chailleux, Gregory Mackay, Mokeït, Jean-François Desserre, Tarabiscouille, Yoann Legrand, Yoann Constantin, Barrack Rima, Boris Hurtel, Soren Mosdal, Jacob Orsted, Yan Cong, Martes Bathori, Bingo, Olivier Philipponneau, Mandy Ord, Loïc Gaume, Sarah Fisthole, Émilie Plateau, Raphaële Enjary, Yannis Macchia, Odo Barrio, Barbara Meuli, Alice Milani, Lars Sjunesson, Gérald Auclin, Robert Varlez, C. de Trogoff, Gautier Ducatez.
.