Archives mensuelles : janvier 2009

Juin 36 : l’envers du décor (OT n°2, 1997)


(Publié dans Oiseau-tempête n°2, 1997)

ot

Alors que Mai 68 est resté dans la mémoire sociale comme un mouvement social réprimé de façon combinée pafp-300r le patronat, l’État, les partis de gauche et les syndicats, celle-ci n’a retenu des grèves de mai-juin 36 que les « acquis sociaux » du Front populaire. Pourtant, ceux-ci n’ont été que les concessions nécessaires du gouvernement de Blum à la répression du plus grand mouvement social de l’entre-deux guerres. La réédition de Front populaire, révolution manquée de Daniel Guérin (1) est l’occasion de revenir sur cette période, qui par bien des aspects est proche de la nôtre. Si le rôle joué par le PC (2) étonnera peu (le mot historique de Thorez, « Il faut savoir terminer une grève », est resté dans les annales de police sociale), celui des socialistes est moins connu. Au-delà de l’action des partis de gauche et des syndicats, les évènements de mai-juin 1936 nous rappellent qu’en matière de répression sociale, on n’est jamais mieux servi que par ceux qui nous représentent et parlent en notre nom, du moins tant que la règle du jeu n’aura pas été changée.

Le mouvement des occupations est apparu de façon spontanée, prenant au dépourvu aussi bien le patronat, le gouvernement que les syndicats et les partis de gauche : « Le mouvement s’est déclenché sans qu’on sût exactement comment et où. » (Jouhaux, secrétaire général de la CGT. (3) Quelle a été l’attitude du patronat, de l’État et des syndicats pour faire cesser les occupations en juin 36 ? (4)

Lire la suite

Publicités

Guy Debord aux Galeries Lafayette


(publié dans La Comète d’Ab irato, avril 1994)

Guy Debord s’attache à montrer dans Cette mauvaise réputation comment la critique travaille à déformer ses œuvres et à publier des informations fausses sur sa vie. Dans cet esprit, il s’est limité aux « plus étourdissantes séries d’exemples évoqués dans les propos des médiatiques de son pays durant les années 1988 à 1992« . Les exemples de déformation recensés par Debord peuvent être regroupés en deux catégories distinctes: dans la première, les articles écrits sur lui dans les différents médias (Globe, Le Monde, L’événement du Jeudi, Art Press, Actuel, Libération, Le Quotidien de Paris, La Croix, L’Humanité, Le Point, L’Idiot international, etc.): ces articles ont encommun d’être tous délibérément mensongers, comme si leurs auteurs s’ingéniaient à ne pas comprendre ce qu’ils lisent, ou à en rendre compte de façon malhonnête. Dans la seconde catégorie, moins importante en nombre de pages, figurent des textes, une brochure et un livre qui ont comme singularité de provenir non pas des réseaux médiatiques cités plus haut, mais des publications des milieux radicaux: Echecs situationniste, Les mauvais jours finiront, L’Encyclopédie des nuisances, Maintenant le communisme ou encore le livre L’Anti-terrorisme en France de Serge Quadruppani. Guy Debord est visiblement plus à l’aise pour réduire à néant les inepties (prévisibles) de Globe, d’Actuel ou de L’Idiot international que pour répondre aux critiques qui lui viennent du milieu radical. S’il puise sans effort dans ses réserves d’humour et de distance pour ridiculiser sans appel les « Grandes Têtes Molles » de notre époque, c’est un Guy Debord stressé, sec, sans voix et dépourvu decapacité de réplique que l’on rencontre plus loin. Plus grave, ces critiques reprises des milieux radicaux sont volontairement mises par Guy Debord sur le même plan que les déformations produites par les médias avec une évidente intention de nuire. Guy Debord accepte que l’aventure situationniste soit déformée en bloc par les médias en raison de ce qu’elle a été, cela fait d’une certaine manière partie du jeu, mais il n’accepte pas qu’elle soit critiquée ni ses acquis remis en cause. Guy Debord a été jusqu’ici trop patient et trop bon, il ne veut plus être blâmé.

Lire la suite